A Primer: IEDs in the Sahel and West Africa

small arms survey
12 min readDec 2, 2021

Version française également disponible ci-dessous.

By: Elodie Hainard and David Lochhead

Agence France Presse estimates that in Burkina Faso alone, improvised explosive devices (IEDs) have killed nearly 300 civilians and soldiers since 2018. The Small Arms Survey documents the trafficking of IED components in the Sahel and West Africa, having undertaken fieldwork in Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinea, Mali, and Niger, to date. By considering the regional dimensions of the trafficking in question, the aim is to be able to establish an evidence base for developing a regional response.

What is an IED?

IED stands for improvised explosive device, more specifically described in the United Nations Mine Action Service’s IED Lexicon as ‘a device placed or fabricated in an improvised manner incorporating destructive, lethal, noxious, pyrotechnic or incendiary chemicals and designed to destroy, incapacitate, harass or distract’.

IEDs in the Sahel and West Africa region

IEDs traditionally consist of five components, namely: container, power source, switch, initiator, and main charge. In the framework of our research, we have focused on the switch, the initiator, and the main charge. These controlled so-called dual-use materials are diverted, trafficked, and then used to build IEDs. We research the movement of these materials in order to establish a baseline assessment for the proliferation of the devices across the region.

Since 2017, we have seen a southward and eastward expansion of IED proliferation and use in the Sahel and West Africa, with IEDs originally more prolific in northern Mali now increasingly common in Burkina Faso, Niger and more recently Ivory Coast. Designs and components common in West Africa are now being employed as far away as the Central African Republic.

Recorded IED incidents from 2015–21. ‘Incidents’ refer to IEDs that detonated, IEDs that were found (and did not detonate), and/or caches where IED components were found.

The issue is that some of the components we track are also important for economic sectors such as mining and agriculture, and this is where the complexity lies. There are multiple stakeholders, from very different sectors — many not associated at all with armed violence. IEDs are new to these actors and the actors are new to the IED issue. For example, commercial explosive companies, companies active in the extractive sector, the artisanal extractive sector, manufacturers, importers, and users of fertilizers — they are all stakeholders and use the components we track in their livelihoods; thus they need to be included in the discussions to some degree. However, due to the sensitive nature of these discussions, which often relate to terrorism and counter-terrorism, it is sometimes challenging for security or intelligence officials to share information with — or otherwise interact with — policy makers or civilian and commercial stakeholders to identify solutions.

For example, a technical IED expert operating within a military forensics laboratory cannot share their classified reports beyond their own entities — perhaps with the exception of certain key external partners such as military, intelligence, or security partners. As such, there is ample space for an exchange forum that can draw findings out of the intelligence sphere and into the policy sphere.

Therefore, one of our project’s activities focuses on organising workshops that allow these stakeholders to meet, discuss, and exchange on a common response to the IED threat. We of course do this, without transferring knowledge that would teach someone who does not already know how to build an IED, to do so.

Mitigation measures

There are good practices in the region with respect to regulating the commercial trade of these components and preventing diversion. For example, each of the countries in the region have some laws that regulate the commercial trade of dual use IED components. However, these laws are often outdated or not accompanied by decrees and regulations that would allow for, for example, the seizure of trafficked components or for the prosecution of trafficking perpetrators. There is also a need for the harmonisation of legislative measures and other regulations between the countries involved. One country may not consider certain components that are chemical products, such as ammonium nitrate, as explosives, but another one will. As a result, in countries where the goods are considered as explosives, security forces will escort these goods from the point of entry to the destination. However, no such escort exists once the goods enter a (perhaps neighbouring) country where they are not considered as explosives. These disintegrated regional dynamics are highly problematic.

Moreover, whilst each industry sector/stakeholder seems to have either databases or tools supporting government oversight and regulation, these instruments are specific to that sector/stakeholder and are not shared between all key actors — for example between mining, explosives, chemical and construction companies whose activities may be regulated by different government ministries. Additionally, customs, security, and intelligence actors may be primarily focused on illicit trafficking, missing out on key legal inflows of material that are contributing to instability. This means that each actor only has a limited vision of the security problems that are enabled by the fragmented regulatory landscape at hand, which in turn hinders a rational regional, not to mention global, approach to control the trade in dual-use items. An approach that would include all actors in all the countries through which the goods are transported, and in which they are finally used.

(Early) lessons learned to turn the tide in IED use and violence

IEDs are extremely cost-effective weapons — often used by insurgent and terrorist groups in asymmetrical conflicts, but also increasingly by criminal groups. Beyond addressing the root causes of such violence and criminality, states, regional bodies and the private sector must come together to formulate evidence-based responses, based on research, that make it more difficult for bomb-builders to acquire the materials they require. While this may not entirely prevent acts of violence using IEDs, it will force bomb-builders to resort to less effective improvised methods, reducing their effectiveness and ultimately saving lives.

Our research suggests that inadequate oversight, traceability, and security measures related to the explosives sector are important deficits that contribute to IED makers being able to access the necessary precursors and components needed to build explosive devices. Coordination and information sharing between actors at all levels is also required — in order to develop appropriate strategies, coordination bodies, regulatory responses and to inform law enforcement operations.

Many actors need to be involved in order for this work to bear fruit: from international, continental, and regional bodies to the full spectrum of national institutions, mining, agriculture, construction and explosives industry actors, as well as research and technical support organisations. The Small Arms Survey’s baseline research and dialogue work in this area will hopefully make a modest but catalytic contribution to this effort.

Elodie Hainard is an associate researcher and David Lochhead is a senior researcher — both with the Small Arms Survey’s Data and Analytics Unit.

This blog post is published as part of the Small Arms Survey’s Improvised Explosive Devices (IEDs) in West Africa project — made possible through the generous support of the German Federal Foreign Office and the Ministry of Foreign Affairs of France.

Blog posts are intended as a way for various Small Arms Survey collaborators and researchers to discuss small arms- and armed violence-related issues, and do not necessarily reflect the views of either the Small Arms Survey or its donors.

Les EEI au Sahel et en Afrique de l’Ouest : une amorce de réflexion

Auteur·e·s : Elodie Hainard et David Lochhead

Selon l’Agence France Presse, les engins explosifs improvisés (EEI) ont, au Burkina Faso seulement, tué près de 300 civils ou militaires depuis 2018. Dans le cadre de son travail sur le trafic de composants d’EEI au Sahel et en Afrique de l’Ouest, le Small Arms Survey a, pour l’instant, effectué des recherches de terrain au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Ghana, en Guinée, au Mali et au Niger, dans le but d’appréhender les dimensions régionales de ce trafic et d’établir les faits qui serviront de fondement à l’élaboration de mesures régionales.

Qu’est-ce qu’un EEI ?

L’abréviation EEI désigne les engins explosifs improvisés (IED — improvised explosive device en anglais). Ce type d’armes est défini comme suit dans le Lexique relatif à l’EEI du service des Nations unies pour la lutte antimines : « Dispositif mis en place ou réalisé de façon improvisée et contenant des produits chimiques destructeurs, létaux, toxiques, pyrotechniques ou incendiaires. Il est conçu dans le but de détruire, neutraliser, harceler ou distraire ».

Les EEI au Sahel et en Afrique de l’Ouest

Traditionnellement, les EEI contiennent cinq composants : un conteneur, une source d’alimentation, un déclencheur, un initiateur et une charge principale. Les équipes de recherche du Small Arms Survey ont axé leur travail sur les déclencheurs, les initiateurs et les charges principales qui, tous, font partie de la catégorie dite des biens à double usage. Ces composants sont détournés ou passés en contrebande avant d’être intégrés dans la fabrication d’EEI. Nous (le Small Arms Survey) étudions les flux de matériaux dans le but de faire un état des lieux de la prolifération de ces dispositifs dans la région.

Nous avons constaté que, depuis 2017, les EEI prolifèrent en direction du sud et de l’ouest du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest. À l’origine, ces dispositifs étaient davantage produits et utilisés dans le nord du Mali, puis ils se sont répandus au Burkina Faso, au Niger et, plus récemment, en Côte d’Ivoire. On peut désormais trouver les modèles et composants d’EEI caractéristiques de l’Afrique de l’Ouest jusqu’en République centrafricaine.

Carte des incidents EEI répertoriés sur la période 2015–2021. Le terme « incident EEI » désigne les cas où des EEI ont été utilisés ou trouvés (non utilisés) et/ou les découvertes de caches contenant des composants d’EEI.

Il convient de noter que l’objet de notre travail de recherche est particulièrement complexe, car certains des composants d’EEI que nous étudions revêtent une grande importance pour des secteurs économiques comme l’extraction minière ou l’agriculture. Nous devons tenir compte d’une multiplicité de parties prenantes issues de secteurs très divers, dont la plupart ne pratiquent en rien la violence armée. Ces acteurs ne sont familiers ni des EEI ni des problématiques associées. Les entreprises productrices d’explosifs commerciaux, les secteurs miniers industriel et artisanal ainsi que les fabricants, importateurs et utilisateurs d’engrais utilisent tous ces composants pour gagner leur vie, et tous sont parties prenantes de la problématique qui nous occupe. Ils doivent donc être intégrés dans les discussions connexes, à un degré ou à un autre. Toutefois, en raison de la nature sensible de ces discussions qui ont souvent trait au terrorisme et à la lutte antiterroriste, les acteurs officiels du secteur de la sécurité et du renseignement se trouvent dans une situation délicate quand, pour trouver des solutions aux problèmes qui se posent, ils doivent échanger des informations, ou interagir de quelque autre manière, avec les responsables politiques, la population civile ou les acteurs économiques.

Par exemple, le personnel technique spécialiste des EEI qui travaille au sein des laboratoires médico-légaux militaires n’est pas autorisé à communiquer librement les rapports établis au sein de leur entité ­– même s’il peut, exceptionnellement, les faire parvenir à certains partenaires clés de l’armée, du renseignement ou du secteur de la sécurité. Il serait donc intéressant de concevoir un forum d’échange qui aurait pour fonction d’extraire les informations de la sphère du renseignement pour les transmettre à la sphère politique.

Dans cette optique, l’un de nos projets a notamment pour objectif d’organiser des ateliers qui donneront l’occasion à tous les acteurs mentionnés de se rencontrer et d’échanger pour concevoir ensemble des solutions aux problèmes que posent les EEI. L’équipe du projet s’organise bien sûr pour ne jamais communiquer les méthodes de fabrication des EEI à des personnes qui ne les possèderaient pas déjà.

Les mesures d’atténuation

Un certain nombre de bonnes pratiques ont été mises en application à l’échelle régionale en matière de réglementation du commerce des composants d’EEI et de prévention des détournements. Tous les pays de la région disposent, par exemple, de lois qui régissent le commerce des composants d’EEI à double usage. Toutefois, il convient de mentionner que ces lois sont souvent obsolètes et qu’elles ne sont pas toujours accompagnées des décrets et de la réglementation qui permettraient, par exemple, de saisir les composants de contrebande ou de poursuivre les trafiquants en justice. Il conviendrait aussi d’harmoniser les mesures législatives et réglementaires entre les pays concernés. Certains pays peuvent par exemple considérer des composants chimiques comme des explosifs — notamment le nitrate d’ammonium — alors que d’autres ne les placent pas dans cette catégorie. De ce fait, certains produits peuvent traverser un pays en étant escortés par des membres des forces de sécurité depuis leur point d’entrée sur le territoire national jusqu’à leur destination, alors que, dans un autre pays (peut-être limitrophe) qui ne les considèrerait pas comme des explosifs, ils ne seraient en aucun cas traités de la même manière. Ces incohérences régionales posent un véritable problème.

En outre, il semble que les secteurs ou parties prenantes évoqués disposent tous de bases de données et d’outils qui leur permettent de se conformer aux dispositifs gouvernementaux de surveillance ou à la réglementation en vigueur, mais ces outils et données leur sont propres et il n’existe pas d’échanges entre les différents acteurs clés — par exemple entre les entreprises des secteurs de la mine, des explosifs, de la chimie et de la construction, dont les activités relèvent souvent de ministères différents. Par ailleurs, les autorités douanières ainsi que les acteurs de la sécurité et du renseignement axent, le plus souvent, leur travail sur les marchandises de contrebande, et négligent parfois les flux entrants légaux qui sont pourtant des déterminants clés de l’instabilité. Ainsi, ces acteurs ne disposent que d’une vision partielle des problèmes de sécurité que pose la fragmentation réglementaire précédemment évoquée. Celle-ci fait obstacle à la mise en œuvre d’une approche rationnelle, régionale, voire mondiale, du contrôle du commerce des biens à double usage, laquelle inclurait l’ensemble des acteurs de tous les pays sur le territoire desquels les biens sont transportés et finalement utilisés.

Les (premiers) éléments à prendre en considération pour contrer ce phénomène

Les EEI sont des armes redoutablement efficaces si l’on considère leur faible coût. Ils sont souvent utilisés par des rebelles et des groupes terroristes au cours des conflits asymétriques, mais aussi, de plus en plus souvent, par des groupes criminels. Les États, les entités régionales et le secteur privé devraient travailler de concert non seulement pour lutter contre les causes profondes de cette violence et de cette criminalité, mais aussi pour concevoir des mesures — fondées sur des recherches approfondies — susceptibles de compromettre l’approvisionnement en matériel des fabricants de bombes artisanales. Les mesures de ce type ne seront certes pas suffisantes, à elles seules, pour prévenir les actes de violence perpétrés au moyen d’EEI, mais elles contraindront les fabricants à employer des méthodes moins efficaces et, en fin de compte, sauveront des vies.

Nos recherches ont montré que les fabricants d’EEI peuvent plus facilement s’approvisionner en précurseurs et composants nécessaires à leurs activités quand le secteur des explosifs est gouverné par des règles et des mesures inadéquates en matière de surveillance, de traçabilité et de sécurité. En outre, il serait nécessaire de renforcer la coordination et les échanges d’informations entre acteurs à tous les niveaux, notamment pour élaborer des stratégies pertinentes, créer des organes de coordination, concevoir des mesures réglementaires, mais aussi pour donner une base factuelle aux opérations de maintien de l’ordre.

Pour que ce travail porte ses fruits, il conviendrait d’impliquer de nombreux acteurs : les organisations internationales et continentales, l’ensemble des institutions nationales, les acteurs des secteurs de la mine, de l’agriculture, de la construction et des explosifs, mais aussi les organisations susceptibles de mener les recherches nécessaires et d’apporter une assistance technique. En menant des recherches visant à établir la situation de référence et en favorisant le dialogue entre acteurs, le Small Arms Survey tente d’apporter une contribution modeste mais décisive à la lutte contre la propagation des EEI.

Elodie Hainard est chercheuse associée et David Lochhead chercheur senior au sein de l’unité Data and Analytics du Small Arms Survey.

Ce blog est publié dans le cadre du projet du Small Arms Survey baptisé « Improvised Explosive Devices (IEDs) in West Africa », lequel n’aurait pas pu voir le jour sans le généreux soutien du ministère allemand des Affaires étrangères et du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères.

Les blogs du Small Arms Survey donnent aux collaborateur·trice·s et chercheur·se·s de l’institution l’occasion d’exprimer leur point de vue sur un certain nombre de questions liées aux armes légères et à la violence armée. Ils ne reflètent pas nécessairement l’opinion du Small Arms Survey ou de ses bailleurs de fonds.

--

--

small arms survey

Providing expertise on all aspects of small arms and armed violence.